Accueil

Les Gerbilles: toutes les informations de base

Accueil Meriones
Autres Gerbilles
Conseils
Reproduction
Informations Générales
Galerie Photo
Annuaire du Net
Annuaire Eleveurs
Calendrier Expo
Annonces Gratuites
Livres Bibliothèque
Maladies Santé
Accès par Espèce
Boutique des Gerbilles

 

Les conseils de Béa!

 

conseils pour les gerbilles
Ma première gerbille...
A qui conseiller la gerbille...
Quelques particularités qui sont bonnes à connaître..
Comment la choisir?
Une gerbille à la maison..
Pour les repas...
Avec les autres rongeurs...
La première visite chez le vétérinaire...
   

 

Ma première gerbille...
Je crois que ce qui attire l’oeil en premier chez la gerbille, c’est ce petit bout qui se dresse sur ses deux pattes arrières et qui vous regarde. C’est curieux et vif. Vous pouvez en voir de toutes les couleurs.
Bref, c’est extrêmement tentant.
Nous ne parlerons ici que de la plus courante d’entre elles, la gerbille de Mongolie. Tout ce qui va suivre, notamment ce qui concerne les conditions de détention et l’alimentation, ne convient pas forcément aux autres. Je vous renvoie alors à la page traitant des autres espèces de gerbilles.


A qui conseiller la gerbille...
Tout le monde s’accorde à propos d’elle :
- elle est curieuse et docile,
- son élevage et son entretien restent relativement simples (si l’on ne fait rien d’aberrant bien sûr).
Elle est intéressante pour ceux qui aiment regarder, et elle est gentille pour ceux qui aiment la manipuler.
Elle est essentiellement diurne (avec une tendance crépusculaire) et donc accepte d’être dérangée même en milieu de journée. Il ne faut pas s’attendre à la prendre sur les genoux pour la caresser, et mieux vaut avoir les bons réflexes si elle décide de prendre la poudre d’escampette. Il ne faudra pas prendre une gerbille si vous cherchez un contact physique étroit avec votre animal de compagnie.
C’est un animal que l’on peut conseiller pour des enfants, mais plutôt assez grand car la manipulation est un acte délicat et sa rapidité peut entraîner de multiples évasions dans la maison.


Quelques particularités qui sont bonnes à connaître...
Le sexe dominant dans l’espèce est la femelle. Il ne vaut donc mieux pas chercher à avoir plusieurs femelles. Les périodes d’entente existent mais restent brèves et tout conflit peut se terminer par une mise à mort.

Une manipulation violente ou un gros stress entraîne une mise en catalepsie de la gerbille. En clair, elle va faire la morte. C’est un moyen de défense qu’elle utilise contre ses prédateurs naturels. Elle reste figée, sur le dos le plus souvent, avec un rythme cardiaque ralenti. Cela peut durer de longues secondes qui vont vous paraître interminables. En général, croyant la partie gagnée, le prédateur relâche la pression et c’est là qu’elle en profite pour filer devant les yeux incrédules de son agresseur.

Ce rongeur se distingue des autres par une glande sébacée ventrale et très importante. Elle existe dans les deux sexes. Elle produit une sécrétion huileuse à forte odeur musquée, utilisée dans le marquage du territoire et dans les rites sexuels. Le ventre est alors délibérément frotté contre le sol, par le mâle pour bien délimiter son terrier ou par la femelle pour signaler sa présence et dire qu’elle est disponible pour la saillie.

A noter également qu’il semblerait (d’après des études très sérieuses) que la gerbille est le seul rongeur à ne pas pratiquer spontanément la coprophagie.


Comment la choisir?
Sans parler de toutes les races, toutes les variétés de couleur, le plus important est d’acquérir un animal en bonne santé.
Son bout de nez et le tour de ses yeux ne doivent pas couler et vous ne voyez pas de croûtes. Observez-la un instant et regardez si elle n’éternue pas.
Le pelage doit être doux et soyeux, sans croûte ni dépilation et parfaitement lisse. Regardez la cage et cherchez d’éventuels signes de diarrhée.
Elle doit être vive et active, capable de se tenir debout sur ses pattes arrières.

Une gerbille, mâle ou femelle, peut très bien vivre seule. Si vous désirez un couple, il est préférable de le former avant que la maturité sexuelle ne soit atteinte, des deux côtés, c’est à dire avant l’âge de 10 semaines.
Vous pouvez éventuellement prendre deux mâles mais il est forcément déconseillé de prendre deux femelles, que ce soit avec ou sans un mâle. Cela finirait fortement par un massacre de l’une des deux, même si des périodes de tranquillité apparente laissent présager le contraire.
Par contre, il est possible dans un grand espace de maintenir plusieurs femelles avec plusieurs mâles.
Ce qu’il faut savoir également, c’est que l’introduction d’un nouvel animal dans une structure existante peut perturber toute femelle. Cela peut retarder son cycle sexuel ou même provoquer un avortement.

Suite ->

Une gerbille à la maison...
Pour un seul animal, une cage de 40x20 (x30h) peut devenir un environnement très confortable. Il faudra un minimum de 900 cm2 au sol si on désire avoir un couple.
Le bac en plastique doit être solide et épais (peu importe la couleur), avec des barreaux métalliques (attention à l’espacement qui devra être très réduit pour éviter toute fuite). Il est également possible d’utiliser un bac de terrarium ou d’aquarium. Cela rend plus difficile le nettoyage mais ça exclue tout risque d’évasion.
La litière sera essentiellement du copeaux de bois. Certains utilisent un mélange de sable et de sciure de bois, ce qui se rapproche plus de son habitat naturel. Mais il est plus difficile de contrôler la provenance et le soin apporté à leur fabrication. Ce n’est pas forcément vendu dans une animalerie. On pourra se contenter de la changer tous les 15 jours.
Si la litière est très épaisse, la gerbille va naturellement creuser pour ce faire une maison (ce qui est le cas dans les bacs d’aqua-terrarium). Si elle se trouve dans une cage standard, apportez lui une petite maison en bois.
Évitez tous les accessoires en plastique. Il vaut mieux le métal (pour la gamelle ou même un roue, certaines gerbilles aiment bien) ou le bois (pour la maison).
La cage doit être placée dans un endroit exempt de tout courant d’air. La pièce devra être maintenue à une température optimale de 20-23°C (elle supporte cependant beaucoup mieux les gros écarts, contrairement aux autres rongeurs, mais il faut quand même éviter de mettre la cage en direct avec une baie vitrée, sinon c’est le coup de chaleur assuré avec une mort certaine). L’hygrométrie par contre est fondamentale. Elle ne devra en aucun cas excéder 50% avec un idéal de 30. Sans cela, votre gerbille va cesser rapidement de s’alimenter, son poil va devenir collant et prendre un aspect gras.
Enfin, vous pourrez mettre à sa disposition un petit bac à sable (avec du sable spécial bain pour chinchilla). Cela évite les phénomènes de séborrhée grasse ,surtout chez les mâles d’un certain âge.


Pour les repas...
Il est important de ne pas sur-nourrir sa gerbille. Il ne faut pas oublier que dans la nature, elle ne mange pas forcément toujours à sa faim. Il est encore trop fréquent de voir des animaux obèses mourir parce que leur foie refuse de fonctionner.
Pour contrôler la quantité, il est intéressant d’utiliser des bouchons compacts comme ceux que l’on utilise pour les souris et les rats. Mais cela ne suffit pas car elle va rapidement manquer de vitamines et de certains minéraux. On pourrait palier ce manque en partie avec une pierre à lécher mais bien souvent les gerbilles s’en désintéressent. Le signe d’alerte d’un tel déséquilibre s’observe en général chez les jeunes, avant le sevrage, dont la mortalité est élevée.
Pour compléter, on utilisera des fruits et des légumes (en prenant soin de ne pas choisir ceux qui contiennent beaucoup d’eau comme la poire ou le concombre). On pourra également donner un mélange de graines variées. Il faudra cependant prendre garde au tournesol. Elle en est très friande, au point de trier frénétiquement dans sa gamelle mais c’est très riche en graisses et pauvre en calcium.
Ce qu’il faut retenir, c’est le contrôle de la quantité. Un excès de graines entraîne une obésité et une carence en minéraux. Il faut associer quelques graines avec des fruits et légumes frais. Un repas ne doit pas dépasser 10g par gerbille adulte et par jour.
Ces recettes seront à modifier si on a affaire à un jeune en croissance ou une femelle en gestation. La gerbille a besoin d’un apport protéique (même s’il reste moins important proportionnellement par rapport au hamster). Dans la nature, ce besoin est couvert par la consommation de petits insectes. Il est accru pendant ces périodes critiques.

Le biberon doit toujours être plein et permet de garder l’eau propre à l’abri de la poussière. Une gerbille (contrairement à la croyance populaire) a besoin d’eau à volonté.

Un petit morceaux de bois lui permettra de se faire les dents (car elles sont à croissance continue, comme chez tous les rongeurs). Les essences à privilégier sont le saule, le noisetier, les branches d’arbres fruitiers non traités, et le tout ne sera donné que parfaitement sec, sans bourgeon ni feuille et préalablement brossé.


Avec les autres rongeurs...
Toute cohabitation dans une même cage, avec une autre espèce, est impossible tant les conditions de détention sont vraiment très spécifiques à cet animal.

La première visite chez le vétérinaire...

Elle ne doit pas forcément se faire le premier jour car la gerbille n’est déjà pas vraiment rassuré d’avoir déménagé. Il vaut mieux qu’elle soit en confiance. Cette visite peut vous permettre de vous rassurer sur son état de santé si c’est nécessaire, mais surtout de bien confirmer son sexe. Il n’y a pas de vaccination à faire si l’animal ne franchit pas de frontière.