Accueil

Les Gerbilles: toutes les informations de base

Accueil Meriones
Autres Gerbilles
Conseils
Reproduction
Informations Générales
Galerie Photo
Annuaire du Net
Annuaire Eleveurs
Calendrier Expo
Annonces Gratuites
Livres Bibliothèque
Maladies Santé
Accès par Espèce
Boutique des Gerbilles

 


 

Planning Familial

  craquant ?
1 - Maturité sexuelle, mise à la reproduction
2 - Cycle sexuel
3 - Saillie
4 - Gestation
5 - Mise bas
6 - Allaitement
   

 

Vous voulez des petits de votre animal favori. Mais voilà, pensez bien aux multiples conséquences... à qui les donner, les différentes contraintes, les problèmes éventuels pouvant survenir (la nature n’est pas toujours si bien faite)...
Voici déjà une petite idée du pourquoi et du comment.
Dans ce chapitre, nous ne détaillerons que la reproduction chez la gerbille commune, Meriones unguiculatus ou mérione de Mongolie.

1 - Maturité sexuelle, mise à la reproduction

L’âge de la maturité sexuelle diffère sensiblement entre le mâle et la femelle. Le mâle est à peine plus précoce.

mâle 10 à 12 semaines (65-84 j)
femelle 11 à 14 semaines (86-109 j)


Chez la femelle, on peut constater l’ouverture du vagin vers 50 jours. C’est pourquoi on a pu observer un minimum de fertilité à 47 jours. Mais cela reste exceptionnel.
Elle cesse de se reproduire vers l’âge de 15 mois (max. 22).
Durant toute sa vie de mère, elle va faire une 10aine de portées.
Chez le mâle, la descente testiculaire se fait à 1 mois.
Il n’est plus fécond (arrêt de la spermatogenèse) vers 22 mois.

La gerbille sauvage est un espèce monogame. Le couple est unique et se forme jusqu’à la mort. Une femelle n’acceptera pas un autre mâle si elle a déjà eu des petits... Le mâle en captivité semble un peu plus libertin et accepte parfois d’avoir plusieurs femelles dans sa vie.
Lorsque vous décidez de former un couple, il faut le faire avec des jeunes de moins de 10 semaines. Éventuellement, vous pouvez vous permettre d’avoir un mâle un peu plus vieux mais, la femelle doit rester plus jeune et en deçà de ces 10 semaines.

Attention : Dans une colonie, seul le couple dominant va se reproduire, au détriment des jeunes. L’inceste existe cependant mais reste limité si on ne sépare pas les enfants des parents.
En général, le couple dominant se formera au sein des individus les plus foncés (noirs, ardoises, burmèses).
Même si elle n’est pas très éthique, la consanguinité n’est pas trop gênante et vous pouvez former une nouvelle colonie avec un couple composé d’un frère et d’une sœur, surtout si vous souhaitez fixer une couleur ou améliorer un type. Il ne faudra cependant pas le refaire à la génération suivante.

2 - Cycle sexuel
gerbils

C’est la vie de l’ovule (cellule reproductrice femelle) qui gère ce que nous appelons le cycle ovarien : il naît, grandit, mûrit, quitte l’ovaire pour aller vers l’utérus puis meurt ou est fécondé.
Parallèlement, la femelle ne s’intéresse pas au mâle (anœstrus). Par la suite, elle l’attire mais refuse encore l’accouplement (pro œstrus). Puis finalement, elle accepte la saillie au moment où l’ovule est bien mûr (œstrus) et où il y a donc l’ovulation.

La durée du cycle ovarien est en moyenne de 4 à 6 jours. Les chaleurs (œstrus) durent de 16 heures. Il n’y a pas de moyen simple actuellement pour déterminer le moment précis de l’ovulation. Celle-ci reste spontanée et ne dépend pas de la saillie.
On a pour habitude de différencier ces chaleurs en trois catégories :
- chaleurs cycliques : tous les 4 à 6 jours
- chaleurs post-partum : chaleurs apparaissant systématiquement après chaque mise bas, fertiles dans 80% des cas
- chaleurs post-sevrage : chaleurs apparaissant au moment du sevrage naturel des petits, vers 3 semaines

Il n’y a pas de saison particulière, elle peut se reproduire toute l’année.


3 - Saillie

a - le moment

Une femelle en chaleurs sera très active. Si elle se trouve avec d’autres, elle aura tendance à les chevaucher. Elle sera particulièrement excitée en fin de journée.
Le mâle entamera une parade composée essentiellement de courses poursuites et de signaux podophones (il se tient assis et frappe le sol avec ses postérieurs). La glande de marquage ventrale augmente de volume. Il l’utilise plus fréquemment que d’habitude pour bien signaler sa position de dominant au sein du groupe.

Attention : Contrairement à la chienne par exemple, la femelle gerbille ne fait à aucun moment de goutte de sang. Si tel est le cas, il faut rapidement l’amener chez un vétérinaire.


b- le déroulement

Le mâle teste rapidement la femelle et cherche à la monter. Il serre ses flancs avec les pattes avant.
La saillie en elle-même est très courte et surtout elle est répétée à plusieurs reprises (très nombreuses !!).
Comme chez le chinchilla, la femelle évacue un bouchon vaginal ou stopper mais on ne le retrouve pas. Il est fait de sécrétions issues des glandes du mâle (prostate, vésicule...) venant après l’éjaculation, qui ferme le vagin de la femelle afin de favoriser la progression des spermatozoïdes.

c- le problème

Il y a rarement de problèmes à partir d’un couple solidement formé. Dans une colonie, il peut y avoir des tentatives de la part des autres membres pour renverser le couple dominant.
Toute perte vaginal avant la mise bas doit être considérée comme anormale.

suivante